Upcoming Events

Cookies policy

To browse elrow.com you must accept our use of cookies. These allow us to offer a better browsing experience. You can obtain more information, or know how to change the configuration, in our Cookies policy

Festival Elrow à Biarritz : plus de 5 000 clubbeurs réunis à la halle d’Iraty

Sudouest

Ils sont venus, ils sont tous là : de Bordeaux, Toulouse, beaucoup, beaucoup d’Espagne et même de plus loin en France. Le parking de la halle d’Iraty, à Biarritz, s’est très vite rempli ce samedi après-midi : les clubbeurs s’étaient donné rendez-vous pour cet Elrow festival, où une forêt enchantée, des animations colorées, des tonnes de confettis et une petite dizaine de DJ’s internationaux les attendaient.




SUR LE MÊME SUJET

Images. Biarritz : le festival Elrow a débuté à la halle d’Iraty

Images. Biarritz : le festival Elrow a débuté à la halle d’Iraty

Les clubbers sont très nombreux à Biarritz ce week-end pour danser et faire la fête au festival Elrow installé à la halle d’Iraty

Dj Amine Edge & Dance ont mis le feu à Iraty à 17 heures !Dj Amine Edge & Dance ont mis le feu à Iraty à 17 heures !

Émilie Drouinaud/SUD OUEST

« C’est magique, la soirée a très vite affiché complet ; nous sommes très heureux d’avoir pu organiser ce rendez-vous à Biarritz, après l’annulation au dernier moment pour cause de pandémie, ce qui ne fut pas facile à encaisser, confie Valérie, de No Sleep, agence qui représente Elrow en France. Il faut rendre hommage au promoteur local, Riders Family, qui n’a rien lâché et tout le mérite de ce succès leur revient. »


La fête Elrow, une institution en Espagne grâce à la famille Arnau, une véritable dynastie du divertissement et de la dance music a débuté à 14 heures et devait se finir à 2 heures du matin. Elle a mobilisé plus de 70 personnes. À 19 heures, des dizaines de créatures tout droit sorties d’un cirque farfelu sont apparues dans la foule des clubbeurs, la musique électro montait d’un cran en même temps que les canons à confettis inondaient la foule en transe, la nuit, elle, ne faisait que commencer…